A propos du test de paternité

A propos du test de paternité

Les tests de paternités servent à savoir si un père et un enfant ont un lien de paternité, ou pas. Ils peuvent se faire de 2 différentes manières, à savoir par le sang et par les empreintes génétiques. Nous nous intéressons surtout à ce dernier, c’est-à-dire par test ADN. Lors du test, les marqueurs génétiques ou ADN du père présumé seront comparé à celui de l’enfant. Ce test ADN se fait en général par un prélèvement et comparaison d’un échantillon de salive des 2 individus.

Les résultats du test

Les résultats sont des dossiers confidentiels. Ils ne sont donc envoyés qu’aux personnes qui les ont commandées soit par e-mail, soit par courrier postal. Ces tests parviennent après 3 à 4 jours ouvrables à partir du jour où le laboratoire reçoit les échantillons. Certaines personnes sont plutôt pressées de recevoir leurs résultats. Ce qui est possible, mais coute encore plus chers que le tarif normal. Des laboratoires offrant un traitement express des analyses ADN s’occupent spécialement de ces cas. Les résultats des tests peuvent alors être envoyés par coursier. Si les résultats révèlent que les 2 ADN correspondent, le père présumé est donc le père biologique de l’enfant. Mais dans le cas contraire, ils n’ont pas du tout  de lien. Or, les résultats du test ADN sont crédibles à presque 100% et aucune raison d’en douter.

Test de paternité prénatal

Mais pour un enfant encore dans le ventre de sa mère, la question qui se pose est: est-il possible d’effectuer un test ADN prénatal ? La réponse est oui, bien évidemment. Vu que la mère est liée à l’enfant, ou bien le fœtus, son sang contient l’ADN de l’enfant. Il suffit alors d’un prélèvement sanguin de la femme, pour le comparer à l’ADN du père présumé. Mais d’autres méthodes sont également disponibles, comme les méthodes invasives. Cette méthode, quant à elle consiste à prélever des villosités à travers le col de l’utérus. Après quoi on procède à la comparaison.

Test de paternité en France

Des lois à propos des tests de paternité sont écrites en France. Dans le cas où les procédures de test de paternités ne suivent pas ces lois, le test n’est pas considéré comme un test légal. Et pourtant, un test doit être légal pour être valide. Il faudrait donc suivre des lois judiciaires pour procéder au test de paternité dans le but d’arranger une parenté. Et donc si la démarche se fait à titre privé, le test ne sera en aucun cas légal. D’autres critères sont aussi à considérer en France pour rendre un test légal. Il faudrait qu’il soit réalisé pas des techniciens spécialement agréés pour ce travail. Les personnes concernées doivent ainsi donner leur consentement pour la réalisation du test de paternité, notamment le père de l’enfant. Mais un refus de soumission au test de paternité peut être traduit comme un aveu de paternité. De ce fait, une explication doit suivre un refus de soumission au test de paternité.